-EN VOITURE POUR CHIANG RAI: Ferme d'orchidées, camp d'entrainement d'élephants

Publié le par


SUR LA ROUTE DE CHIANG RAI
 

  

Ce matin notre chauffeur nous attend à la sortie de l’hôtel pour aller à Chiang Raî. Nous ferons la montée dans la journée. Nous faisons notre premier arrêt dans une ferme d’orchidées, la Bai orchid butterfly farm. Entrée 40 bth par personne.

Bai Orchid-Butterfly Farm

3/1 Moo 7 Rimtai Maerim

Chiangmai 50180 Thailand

Tel. (66-53) 299588

 

Là on en voit de toutes les couleurs. Les orchidées poussent suspendues, racines à nu, à travers des pots ajourés, roses, jaunes, blanches, rouges,… on ne sait plus où donner de la tête. On traverse un petit pont dans un joli jardin, puis on arrive dans la boutique souvenir où on peut acheter des petits bijoux toujours sur la base des orchidées. On trouve en broches en boucles d'oreilles ou en pendentifs, des fleurs ou des papillons, dorés à l’or 24 carat.

 DSC00016-copie-1.JPG



P1010197.JPG

   DSC00019.JPG



DSC00008.JPG


        On peut également visiter la volière à papillon, où l’on voit voler plusieurs espèces multicolores. 


P1010183.JPG

P1010174.JPG


Elephants camp Chiang Dao :




        Ensuite nous souhaitions retourner au centre d’entraînement d’éléphants de Chang dao. De notre précédant voyage nous avions beaucoup aimé l’endroit et nous voulions vraiment y retourner avec les enfants. Nous sommes arrivés un peu tard et le bain des éléphants est déjà passé, on accepte de nous vendre des billets pour voir le show et on ne paye que 40 bth par personne. On accède au camp par un long pont de singe par-dessus la rivière. Enfin nous arrivons dans une clairière et l’on prend place sur des gradins pour assister à un show de dressage d’éléphants. Le show a beaucoup changé, il y a 20 ans on pouvait voir une démonstration d’éléphants au travail, tirant ou empilant d’énormes rondins de bois, comme ils le font lorsqu’ils travaillent en forêt. Là nous avons vu des éléphants capables de ramasser un chapeau tombé par terre, de peindre un tableau avec sa trompe ou de faire des courbettes pour saluer le public. Certes c’est certainement  un exercice de dressage très compliqué mais cela ressemble plus à du cirque qu’à un entraînement utile pour le travail dans la forêt. Nous on en est reparti un peu déçu, d’autant plus que l’on ne peut même pas approcher les éléphants de près pour les nourrir, quand on se souvient qu’à Kanchanabury on s’est baigné avec !!!
  Il y a aussi l'option balade à dos d'élephant à travers un petit parcours en forêt.


DSC00033.JPG
Vous traverserez la rivière par ce pont de singe

P1010246.JPG Les éléphants vous ferons une démonstration de leurs savoir




Nous avons repris la route en direction des grottes de Chiang Dao. L’endroit n’est pas tellement fréquenté par les touristes et on comprend vite pourquoi. Ici il y a juste quelques grottes à visiter dans lesquelles sont dispersées des petites statues de bouddha, une partie des grottes est éclairée pour des visites seul ou bien on peut louer des lanternes et se faire escorter si on veut aller un peu plus loin. Je ne trouve pas un grand intérêt à s’arrêter ici.

Un des buts, lorsque l’on monte à Chiang Rai, c’est de découvrir un village de montagnards. De nombreuses tribus se sont installées dans la région en vivant avec leurs traditions. Dans notre périple nous avions émis auprès de notre chauffeur le vœu de visiter l’un d’eux. Ayant bien compris notre curiosité il nous propose de s’arrêter dans un village des célèbres long neck ou femmes girafes. Nous sommes sortis de la route pour suivre une piste pendant quelques centaines de mètres jusqu’aux portes du village. Notre chauffeur s’est garé sur un parking près d’une rangée d’échoppes, à première vue, les touristes sont bienvenus. Mais notre visite s’est arrêtée ici, lorsque l’on nous a stoppé devant un guichet pour nous vendre un billet d’entrée. Pour en voir plus il fallait payer, mais pour aller où ? Pour voir quoi ? Qui ? Comment ? On n’a pas voulu savoir, nous on voulait juste faire un tour dans un village, même si on avait rien eu de bien intéressant à regarder, on ne voulait pas visiter un zoo. D’autres touristes tentaient de discuter le prix d’entrée, on a tourné nos talons et continué notre chemin. Tant pis pas de village typique, malgré l’insistance de notre chauffeur qui nous répétait qu’ici c’est le village le moins chèr de la région.

On a continué tranquillement à travers de beaux paysage en s’arrêtant de temps en temps, en croisant des éléphants ou des habitants, le long de notre route. Nous sommes arrivés en début de soirée à notre hôtel, le Chiang Rai Hôtel Rimkok 

Publié dans voyage

Commenter cet article